MarianneZenger

Tous les messages du mois sont consultables sous la rubrique Archives.
Pour y accéder, inscrivez-vous tout simplement à la newsletter sur la page Contact.

 

 

1. Introduction

Votre médecin vous dit « vous avez trop de cholestérol et vous risquez un accident cardiaque car une artère, une coronaire est quasi bouchée ». Il vous prescrit des statines. Vous hésitez car il y a des effets secondaires importants, suite à la prise de ce médicament qui vous est prescrit à vie. Le cholestérol n'est pas simplement une molécule de notre milieu physiologique, c'est aussi devenu un instrument socio-économique qui remonte aux années 1950, aux USA, où le cholestérol et la graisse ont été incriminés comme responsables des maladies cardio-vasculaires, dans une étude biaisée de Ancel Keys. En 1977, l'étude Framingham[1] désigne le cholestérol comme facteur de risque cardio-vasculaire. Depuis lors, les industriels vous vendent des médicaments hors de prix à vie pour faire baisser le taux de cholestérol. Mais pourquoi le corps fabrique-t-il du cholestérol, et pourquoi un jour le mécanisme se dérègle-t-il et nos artères se bouchent-elles?

2. Qu'est-ce le cholestérol, bon ou mauvais et à quoi ça sert?

Tout d'abord, le cholestérol n’est pas un poison, ni une maladie, mais le nom d’une molécule de lipide (graisse) ou « stérol ». Le cholestérol est une protéine animale (les plantes n'ont pas de cholestérol).  Il entre dans la constitution des membranes cellulaires et les rigidifie, il sert à la fabrication d’hormones[2] et des acides biliaires, il est un constituant majeur des cellules nerveuses.

Il est également

  • Indispensable pour la vitamine D. C’est à partir du cholestérol que nous fabriquons le précurseur de la vitamine D qui va être activé par l’exposition au soleil. Or aujourd’hui, des milliers d’études montrent que le manque de vitamine D est un facteur de risque d’inflammation, d’infarctus, de diabète, de pathologies allergiques, de cancers (en particulier sein, prostate et côlon), de sclérose en plaques etc.
  • Indispensable pour la coenzyme Q10. C’est à partir du cholestérol que nous produisons la coenzyme Q10, une molécule vitale qui sert à transporter les électrons dans les mitochondries, les centrales énergétiques pour produire le moteur de toutes nos fonctions, l’ATP. La coenzyme Q10 est par ailleurs un puissant antioxydant.
  • Indispensable pour la DHEA, l'hormone anti-âge
  • Précurseur de toutes les hormones sexuelles
  • Indispensable pour la production de vitamine K2, dont le déficit favorise les calcifications artérielles (donc les maladies cardiaques) ainsi que certains cancers.

Le foie fabrique du cholestérol et le met en circulation, c'est ce qu'on appelle les LDL (low density lipoprotein), mais comme les cellules se détruisent, il va falloir ramener le cholestérol vers le foie afin que ce dernier puisse le recycler, par le biais du HDL (high density lipoprotein). Dans la théorie, le « bon » (HDL) nettoierait les vaisseaux sanguins, tandis que le « mauvais » (LDL) serait à risque d’oxydation, inflammatoire et dangereux pour vos artères.

Le cholestérol est si important que notre corps a développé des mécanismes sophistiqués pour ne jamais en manquer. S’il y a du cholestérol dans notre alimentation, le foie diminue sa production. Votre taux de cholestérol sanguin n’est donc pas influencé par votre cholestérol alimentaire, ou très peu, et de façon provisoire. « Les études ont échoué à montrer un lien entre la mortalité et la consommation de graisses (beurre, crème…). Les gens qui évitent les graisses saturées et qui ont de faibles taux de cholestérol ont autant de maladies cardiovasculaires que ceux qui consomment des graisses et dont le taux de cholestérol est élevé. »[3]  Si vous mangez un œuf dont le jaune contient du cholestérol, votre foie produira moins de cholestérol. Tout est une question d'équilibre. Le cholestérol est si important que notre corps a développé des mécanismes sophistiqués pour ne jamais en manquer. S’il y a du cholestérol dans notre alimentation, le foie diminue sa production. Votre taux de cholestérol sanguin n’est donc pas influencé par votre cholestérol alimentaire, ou très peu, et de façon provisoire.

Vous avez besoin de cholestérol pour rester en bonne santé. Dans son livre “Prévenir l’infarctus et l’AVC”, le Dr Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS rappelle que: « Le cholestérol est une molécule précieuse dans notre organisme, tellement précieuse que nous ne savons pas le détruire, seulement le transformer, par exemple en hormones stéroïdiennes ou en vitamine D. En conséquence, si le cholestérol se retrouve dans des conditions où il n’y a pas de cellules capables de le métaboliser, il s’accumule et constitue un résidu indestructible (…)." Le cholestérol est une molécule vitale. C’est bien pour ça que notre organisme en fabrique, même sans que nous en apportions dans notre alimentation.

Un taux trop bas de cholestérol entraîne notamment :

  • De la dépression 
  • Des troubles mentaux
  • De l’anxiété
  • Une baisse de la libido
  • Un affaiblissement du système immunitaire

Quel taux?

La tendance, depuis 20 ans, a été de constamment diminuer le taux maximum de cholestérol LDL recommandé. Alors que vous étiez considéré comme normal si votre taux de cholestérol total était inférieur à 3 g, puis à 2,8 g, puis à 2,4 g/L avant les années 2000, le but actuel est d'être en-dessous de 2 g/L. Baisser la valeur normale de taux de LDL a eu l'avantage économique et pharmaceutique énorme de multiplier le nombre de personnes soumises à un traitement de statines.

Une revue, publiée en 2006, a pourtant conclu qu'il n'existe pas de base scientifique à ces valeurs, et que rien ne prouve qu'atteindre une cible déterminée de LDL ait la moindre importance en soi.[4]

3. Faut-il donc baisser le cholestérol? les statines : pour ou contre

En 1973, des chercheurs japonais découvrent les statines par hasard, en essayant de créer un antibiotique. Rapidement, elles supplantent les fibrates sur le marché des anti-cholestérols, et deviennent le médicament le plus rentable (la poule aux oeufs d’or de Big Pharma[5] ) jamais créé. Les médicaments contre le cholestérol représentent environ 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel au niveau mondial. Pourtant, leur efficacité n’a jamais été prouvée. En effet, selon une étude publiée dans la revue Heart[6], la moitié des patients auxquels on a prescrit des statines en prévention primaire ne parviennent toujours pas à atteindre des taux de cholestérol estimés « sains » après deux ans de traitement.

Comment fonctionnent les statines?

Elles inhibent l'HMG-CoA réductase, une enzyme limitante pour la synthèse hépatique du cholestérol. Ceux qui ont une "hypercholestérolémie familiale " doivent être suivis médicalement – et prendre des statines, mais c’est un cas très particulier, un problème génétique rare 0, 01%! Cela veut dire que pour 99,9 % de la population, le taux de cholestérol est tout sauf un indicateur fiable de « bonne » ou « mauvaise » santé !

Mais à quels risques?

La prise de statines est loin d’être anodine. Elle peut notamment générer surpoids et diabète, beaucoup de douleurs musculaires, cataracte, troubles hépatiques, rénaux, sexuels et urinaires, crises de zona, atteintes de la mémoire ou du sommeil, maladies cognitives ou encore dépression[7]. « De plus, les statines et les médicaments anti-cholestérol de façon générale favorisent les cancers », explique Michel de Lorgeril.[8] Si on perturbe le métabolisme du cholestérol dans la cellule, on perturbe la vie cellulaire de manière inéluctable. Les chercheurs américains ont même constaté que les personnes sous statines avaient des grippes plus fréquentes quand elles étaient vaccinées et que cette grippe était plus grave.

Pour autant, si vous êtes aujourd’hui sous statines, ne cessez pas du jour au lendemain. Votre corps hélas, s’est habitué à ce poison. Il est toujours plus prudent dans ce cas d’y aller en douceur et de le faire avec l’aide de votre médecin. Si vous êtes obligé de prendre des statines, il va être important de prendre les précautions nécessaires pour prévenir les effets secondaires. Notamment, l’action inhibitrice de l’enzyme HMG CoA reductase va toucher directement la synthèse de la coenzyme Q10 avec une diminution de sa production, source de douleurs ou de fatigue musculaire. Les précautions à prendre vont être, en plus d’une complémentation en anti-oxydants et un rééquilibrage alimentaire, une complémentation en ubiquinol qui soulage les patients des effets secondaires d’une prise de statines. C’est pourquoi il est toujours conseillé de consulter en parallèle un micro-nutritionniste.[9]

Quant à la baisse du taux de cholestérol, bien réelle après avoir avalé une pilule de statines, on s'aperçoit aujourd'hui qu'elle n'entraîne nullement la baisse du risque d'infarctus ni d'attaque cérébrale.[10] Mais ce que la plupart des gens ignorent, c’est que les statines vous exposent davantage à l’inflammation que si vous ne preniez aucun traitement[11]. Or, c’est l’inflammation qui provoque les maladies cardiaques…

4. Mais que fait le cholestérol dans nos artères?

Le risque cardiovasculaire est la conséquence de l’athérosclérose, une inflammation des parois de vos artères. Cette inflammation fragilise vos artères qui subissent des coupures minuscules.[12] En fait, l'apparition de la plaque artérielle est une réaction d'auto-défense de votre corps, face à des dommages causés dans vos artères par des substances oxydantes et inflammatoires. La paroi intérieure de vos artères est normalement protégée par une fine pellicule qui permet au sang de couler sans s'accrocher. Le problème apparaît lorsque votre sang contient des radicaux libres qui griffent la paroi de vos artères et y font des trous. Ces radicaux libres proviennent de l'environnement (gaz d'échappement, fumée de cigarette, polluants), de la mauvaise alimentation, et des déchets naturels dus à la production d'énergie par vos cellules.

Heureusement, au lieu de se laisser attaquer sans rien faire, votre corps réagit en réparant les fissures dans la paroi de vos artères grâce au cholestérol, mélangé à du calcium et à d'autres substances. Mais, si vous ne faites rien pour soigner cette inflammation, de nouvelles coupures apparaissent. Le corps continue à envoyer des « pansements de cholestérol »… Ces pansements se superposent et s’agrègent, formant des plaques d’athérome, qui, elles, vont finir par boucher l’artère… Et là, le risque de crise cardiaque augmente en flèche.

Pour espérer diminuer ce risque de crise cardiaque, il faut donc réduire les inflammations qui fragilisent vos artères. Un cholestérol élevé est donc un marqueur, non une cause, de risque cardiovasculaire. Le problème pour le patient n’est pas tant de faire baisser son taux de cholestérol, que d’adopter un mode de vie plus sain, qui fera que son taux de cholestérol diminuera, et qu’il aura moins de lésions dans les artères.

Dans 99,5 % des cas, l'occlusion d'une artère, qui est la cause de l'infarctus du myocarde, est attribuable à un caillot. Et ce qui cause la formation des caillots dans les artères, ce n'est pas le cholestérol. C'est l'hyperréactivité des plaquettes sanguines, l'hyperactivité du système de coagulation stimulée par une alimentation de mauvaise qualité et l'inhibition du système fibrinolytique, qui ne fait pas son travail de dissoudre les caillots quand ils commencent à se former dans l'artère.[13] « Bien plus que la diminution du taux de cholestérol, c’est la maîtrise de l’hypertension et de l’hyperactivité plaquettaire qui est déterminante dans la prévention des infarctus et des AVC » [14]. En fait, le seul indicateur vraiment capital pour la santé de votre coeur…c’est votre mode de vie !

5. Comment lutter contre l'inflammation?

Il existe dans la nature des substances miracles qui protègent votre organisme contre l'inflammation et contre les radicaux libres : ce sont les antioxydants, des composés chimiques qui ont cette capacité remarquable de détruire les radicaux libres, dès qu'ils sont mis en contact.

Comment maximiser vos apports d'anti-oxydants ?

Fruits et légumes frais sont bourrés d'antioxydants, surtout lorsqu'ils sont colorés en vert (épinards, poireaux, petits pois), en rouge (poivrons, tomates, cerises, groseilles), en bleu (myrtilles, mûres, cassis, aubergine avec la peau), mais on en trouve aussi énormément dans le pamplemousse, le raisin et le vin. Ces antioxydants qui parfument et colorent les végétaux s'appellent des « polyphénols ». La meilleure façon d'avoir votre dose quotidienne d'antioxydants est de manger beaucoup de fruits et légumes mûrs et frais, de saison, et si possible au plus proche de leur forme naturelle, c'est-à-dire peu ou pas cuits ni transformés.

Préférez les fruits et légumes biologiques, cultivés près de chez vous : moins ils auront été transportés et stockés dans des frigos, plus ils seront riches en antioxydants.

Bien entendu, il n'est pas toujours possible, tous les jours, de manger autant de fruits et légumes frais que nécessaire et c'est pourquoi beaucoup d'entre nous prenons des antioxydants sous forme de jus spéciaux (comme le jus de grenade par exemple) ou de compléments alimentaires, dont les plus répandus sont la vitamine E et la vitamine C.

Dr Michel de Lorgeril dans ses publications et ses vidéos sur Youtube rappelle que l’alimentation méditerranéenne reste le meilleur traitement préventif contre les maladies cardiovasculaires, et cela agira également sur votre taux de cholestérol.

Mis à part l'alimentation, adoptez une nouvelle hygiène de vie, qui consiste à

  • Renoncer au tabac
  • Assainir son environnement (attention aux produits ménagers, cosmétiques et toxiques dans notre consommation courante)
  • Bouger
  • Éviter le surpoids
  • Gérer son stress
  • Faire attention au déficit en oméga-3, antioxydants, magnésium, vitamine B
  • Éviter les excès en oméga-6, fer, cuivre
  • Finalement aussi éviter les montées excessives de glucose qui entraînent sur la durée une résistance à l'insuline, ce qui provoque une baisse des HDL

Vous avez compris : c’est donc sur ces facteurs-là qu’il faut agir en priorité pour limiter le risque cardiovasculaire. Et les statines ne vous seront pour cela d’aucune utilité.

Le_cholesterol.pdf



[1] Framingham Heart Study, 1977

[2] Michel de Lorgeril Cholestérol, Mensonges et Propagande , éditions Thierry Souccar.

[4] Annals of Internal Medecine. 2006;145(7):520-530.

[5] Docteur Rueff Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ,La poule aux oeufs d'or,11 novembre 2017 07:49

[6] Jean-Pierre Giess, Cholestérol: bon ou mauvais? Alternative Santé n° 49, 20.9.2017

[7] M. de Lorgeril, Prévenir l'infarctus et les maladies cardiovasculaires, ed. Thierry Souccar, 2011

[8] https://www.youtube.com/watch?v=C6Fv5LtuEMQ Conf de Michel de Lorgeril Cholestérol Ami ou ennemi

=> L'horrible vérité sur les médicaments anticholestérol

=> Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, ed Thierry Souccar, 2007

=> le Grand Bluff du cholestérol émission sur Arte, 16.10.2016

[10] M. de Lorgeril, Cholestérol, mensonges et propagande, Thierry Souccar Editions, 2008.

[11] M, de Lorgeril sur YouTube (IPSN 21.10.2015 Médicaments anti-cholestérol: un scandale pire que le MEDIATOR)

[12] Framingham Heart Study.

[13] Michel de Lorgeril Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicament ed. Thierry Souccar, 2007

[14] Jean-Paul Curtay, Cholestérol – On vous ment, on vous manipule , dans: Docteur Rueff Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.: La poule aux œufs d'or, 11 novembre 2017

Mains

Marianne Zenger thérapeute agréée ASCA    +41(0)79 416 30 01    mzenger@worldcom.ch

Website by GraphiCité

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account